Clyne

Mes tribulations...

18 novembre 2008

Du respect des transports en commun

Bonjour les amis,
aujourd'hui, deux petites anecdotes :

La scène se passe il y a 2/3 ans. Je suis assise dans le métro quand une femme âgée d'une trentaine d'années vient s'asseoir en face de moi. Elle se met à éplucher une clémentine et entreprend de consciencieusement déposer toutes les épluchures par terre sous son siège.
Je la regarde consternée et si cela me brûle les lèvres, je n'ose dire un mot. Puis elle s'essuie avec un mouchoir qu'elle dépose également sous son siège. Elle me regarde la fixer mi-ébahie / mi-furieuse devant tant d'incivilité et me demande "il y a un problème ?" d'un air mauvais.

A ce moment je n'ai qu'une envie : lui balancer tout ce que je pense de ce qu'elle est train de faire, de lui demander pour qui elle se prend de salir ainsi les transports en commun dont la particularité est d'être en commun justement donc que le minimum est de les respecter, etc, etc...
Mais je ne le fais pas. Je fait ma lâche (elle fait mon double en poids) et préfère éviter le conflit... Je suis mal, je ne sais même plus où regarder, j'ai envie de changer de place tellement elle me dégoûte mais je me dis que non ça lui ferait trop plaisir (je délire peut-être un peu d'ailleurs). Elle descend 2/3 stations après.

Plusieurs années après cette histoire me "hante" encore car je m'en veux de ne pas avoir osé lui dire ses 4 vérités...

Nouvelle scène qui se passe la semaine dernière dans le métro également. Une femme d'une bonne cinquantaine d'années est assise en face de moi dans un "carré" de 4 sièges, côté couloir. Elle farfouille dans son sac et son stick à lèvres s'en échappe et part rouler un peu plus loin en passant sous mon siège. J'essaie de le rattraper mais il est trop loin et elle me dit "laissez, laissez, de toutes façons il est fini".
Cette remarque m'interpelle. Quand bien même il est fini, je pense qu'elle peut bien aller le ramasser plutôt que de le laisser rouler dans le wagon...
Deux secondes plus tard un homme assis un peu plus loin le lui ramène. Elle lui dit avec un sourire :  "merci mais ce n'était pas la peine" et se retrouve bien embêtée avec son stick vide dans la main. Puis je la vois se pencher sur le siège côté fenêtre pour essayer de caler son stick vide entre le siège et le mur du wagon.

Cette fois-ci je me lance :

- Vous savez il y a des poubelles.
- où ?
me répond t-elle d'un air étonné en cherchant autour d'elle.
- sur les quais.
- ah oui merci
m'a t-elle répondu d'un air mi-incrédule / mi-honteux...

Puis elle a gardé son stick et est descendue à la station suivante.

Cela m'a fait un bien fou d'oser dire ce que je pensais cette fois-ci !

N'empêche, ces deux histoires me sidèrent.
On trouve parfois les wagons du métro dans un tel état de saleté, avec des papiers, des emballages, des épluchures, qui trainent partout... et on ne soupçonne jamais que des adultes lambda en soient les responsables (enfin pour ma part je pensais ça). On a tendance à se dire que ce seuls des "djeuns" sont capables d'un tel comportement.

Et pourtant... ces deux histoires prouvent bien qu'il n'y a pas que les jeunes qui ne respectent rien...

(ne parlons même pas de ceux qui osent se couper les ongles dans le métro... c'est bien simple, rien que le bruit du coupe-ongle me donne des haut-le-coeur ! Purée mais c'est un truc intime quoi, on ne sème pas ses déchets corporels dans les transports en commun !!)

Posté par C lyne à 14:56 - Mes tribulations - Permalien [#]